blogs.fr: Blog multimédia 100% facile et gratuit

Saint-Gaudens, la Capitale du Comminges

Blog multimédia 100% facile et gratuit

 

BLOGS

Au coeur de la Cité Commingeoise

Au coeur de la Cité Commingeoise

Blog dans la catégorie :
Actualités

 

Statistiques

 




Signaler un contenu illicite

 

Saint-Gaudens, la Capitale du Comminges

Dernière Minute...

Le 28/03/2014

700 à 800 participants pour le dernier meeting de Jean-Yves Duclos...
700 à 800 participants pour le dernier meeting de Jean-Yves Duclos... 
Meeting de Jean-Yves DUCLOS

"Extraordinaire Mobilisation électorale à Saint-Gaudens ou entre 700 et 800 sympathisants ont fait le déplacement ce jeudi soir pour soutenir leur leader, Jean-Yves DUCLOS."

 

Les Saint-Gaudinois votent massivement Jean-Yves Duclos

Le 26/03/2014

Et à Philippe Perrot qui préfère se retirer d'une triangulaire inutile Face à un Jean-Raymond Lépinay plutôt très soucieux ce dimanche soir Jean-Yves Duclos, lors du «pré-lancement » de sa campagne en 2013...

Et à Philippe Perrot qui préfère se retirer d'une triangulaire inutile
Et à Philippe Perrot qui préfère se retirer d'une triangulaire inutile 
Article censuré par Le Petit Journal "édition Comminges" du mercredi 26 mars 2014

"Contrairement à ce qui nous avait été annoncé ce lundi, cet article a finalement été publié dans "Le Petit Journal", édition Comminges, du mercredi 26 mars 2014."
 

"Les élections municipales de Saint-Gaudens ont révélé un nouvel ordre politique local au soir du premier tour..."

 

 

Les Saint-Gaudinois votent massivement

Jean-Yves Duclos

 

 

Brillamment élu Conseiller Général avec près de 60 % des voix au second tour face à Jean-Raymond Lépinay (PS) en mars 2011, Jean-Yves Duclos est en passe de réussir un score encore plus impressionnant ce 30 mars prochain en écrasant littéralement son adversaire si les saint-gaudinois restent mobilisés, voire se mobilisent encore davantage...

 

 

"En effet, avec près de 44 % des voix, Jean-Yves Duclos (DVG) a toutes ses chances de s'asseoir dimanche soir dans le fauteuil de Jean-Raymond Lépinay (PS) pour lui succéder, un Jean-Raymond Lépinay qui résiste pourtant relativement bien en totalisant près de 32 % des votants."

 

"Seulement, il y a ces douze points d'avance qui les séparent et qui sont quasiment irrécupérables pour les socialistes."

 

"Loin derrière, mais cependant qualifié pour le deuxième tour, Philippe Perrot (UMP-DVD), avec ses quelques 12 %, aura fait la preuve qu'il était bel et bien le meilleur candidat pour représenter l'UMP à Saint-Gaudens, puisqu'au terme d'une « primaire » suite à l'invalidation de l'investiture toulousaine, il aura devancé Franck Ferjoux, choisi par Jean-Luc Moudenc, d'environ 5 %."

 

"D'ailleurs, Philippe Perrot, au lieu de se maintenir dans une triangulaire qui ne rapporterait rien à la Ville de Saint-Gaudens et aux Saint-Gaudinois, préfère, au terme d'un communiqué, se retirer du combat politique en remerciant ses électeurs tout en les appelant à voter dimanche et « à choisir le renouveau »..."

 

"Il s'agit donc, pour la Sous-Préfecture d'Arrondissement, d'un véritable séisme politique qui secoue le Comminges jusque dans certains de ses tréfonds les plus obscurs, à en croire notamment la défaite de l'ancien Député Socialiste et Conseiller Général Jean-Louis Idiart, battu dans son village alors qu'il ne se présentait que comme simple Conseiller Municipal..."

 

"A Saint-Gaudens, le mot d'ordre général dans les quartiers semble être celui-ci, à savoir : « Aux urnes, citoyens... » à en croire la puissante et extraordinaire lame de fond populaire qui porte ce jeune candidat de 43 ans à qui décidément tout réussit, une réussite peut-être un peu trop insolente pour certains de ses aînés..."

 

JH

Ndlr : Un meeting de Jean-Yves Duclos et de son équipe est prévu ce jeudi 27 mars 2014 à 21h00 à la Salle du Belvédère, à Saint-Gaudens.

 

 

 

Pourquoi Sarko boude St-Go (Article censuré)

Le 24/04/2007

Nicolas Sarkozy, le 14 juillet 2005, place Beauvau Françoise Boulet, la candidate officielle de l'UMP Face à la faiblesse politique avérée de René Rettig Et aux sinistres bassesses de Phillippe Perrot

Nicolas Sarkozy, le 14 juillet 2005, place Beauvau
Nicolas Sarkozy, le 14 juillet 2005, place Beauvau 

Article non-paru dans « Le Petit Journal » du mercredi 11 avril 2007 (Censuré)

 

Saint-Gaudens/Comminges/Politique

 

Les militants UMP du Comminges devront aller le voir à Toulouse

 

Pourquoi Sarko

boude St-Go ?

 

Pourquoi Nicolas Sarkozy boude-t-il Saint-Gaudens, la Capitale du Comminges ? Les dissensions au sein de l’UMP du Comminges ont-elles influencées le choix d’un itinéraire dans le Sud de la France que chacun espérait, comme pour le Tour de France, avec une halte aux pieds de nos chères Pyrénées Centrales ? Mais ces dissensions sont-elles les « vraies » raisons ?

 

Alors qu’avant lui, tous les grands candidats aux présidentielles ont fait une halte dans notre Chef-Lieu d’Arrondissement, Nicolas Sarkozy ne viendra pas à Saint-Gaudens. Pourtant, que ce soit François Mitterrand en 1980, à Luchon, Jacques Chirac en 1992, ou encore Lionel Jospin en 2002 à Saint-Médard, notre Pays de Comminges avait eu son lot d’éminences politiques. D’ailleurs, cette année encore, François Hollande nous a honorés de sa présence pour soutenir sa « moitié », Ségolène ; ce qui peut nous faire dire que nous aurons eu au moins la « moitié » d’un candidat cette année.

 

Mais, trêve de plaisanterie, ne peut-on pas trouver certaines explications, localement, au fait qu’une Sous-Préfecture d’Arrondissement, détenue par un Maire UMP, soit aussi superbement ignorée ? Si nous revenons en arrière, en 2002, lors de la précédente échéance présidentielle et législative, nous pouvons nous rappeler qu’à l’époque, les déclarations du  maire (UDF) de Luchon, René Rettig, et du Maire (DL) de Saint-Gaudens, Philippe Perrot, auraient aujourd’hui laissé plus d’un « UMPiste » actuel rêveur… Le premier, dont la faiblesse politique avérée l’empêcha de franchir la barre des 40% au second tour, ne savait pas s’il voulait ou non être investi, et le second, qui cette fois-là soutenait son adjointe au social, la candidate UMP Josette Cazes, ne savait pas s’il allait voter Socialiste ou Front National au second tour… Bref, un bien vaste programme pour une droite commingeoise à qui ne connaît pas tous les raffinements d’une culture Saint-Gaudinoise souvent haute en couleur par le nombre, la qualité, et la variété de ses sinistres bassesses…

 

Cependant, fin 2004, la mise en examen du Maire de la Capitale, Philippe Perrot, dans le cadre d’une vaste escroquerie à l’Assurance-Maladie, puis sa récente condamnation à 6 mois de prison avec sursis pour la rédaction de fausses ordonnances, auront certainement précipité les choses avec autrement plus d’autorité que tous les coups tordus de l’UMP, qu’ils soient luchonnais ou saint-gaudinois, afin de déstabliliser la candidate officielle Françoise Boulet. Et ce sont encore les militants Commingeois UMP, et tout le Comminges avec eux, qui en font une nouvelle fois les frais.

                       

                                                                                                            Jérôme HOTTA         

 

Françoise Boulet organise avec l’UMP-Comminges un transport gratuit pour assister au meeting de Nicolas Sarkozy demain, jeudi 12 avril 2007. Deux bus sont affrétés pour l’occasion. Le départ est prévu à 16h00, place du Pilat, avec un retour programmé aux alentours de 23h00. Le meeting quant à lui devrait avoir lieu au Parc des Expositions, à 18h30.

 

La troisième réaction, Les Agents Malades censurés par leur Maire Docteur

Le 16/01/2007

La CGT reste mobilisée dans le Comminges
La CGT reste mobilisée dans le Comminges 

Communiqué de presse de la CGT, non paru dans "Le Petit Journal du jeudi 28 décembre 2006  (Censuré)

 

Saint-Gaudens La polémique entre la mairie et les syndicats sur la gestion du personnel se développe

 

LES AGENTS MALADES EXPLIQUENT A LEUR MAIRE DOCTEUR

 

Voici près d’un an que la municipalité de Saint-Gaudens a souhaité introduire une nouvelle méthode pour gérer le personnel, afin de lutter contre des absentéismes jugés excessifs par les élus en place. Nous vous avions d’ailleurs diffusé à ce sujet un communiqué du maire de Saint-Gaudens, il y a quinze jours, intitulé « Pour en finir avec la polémique ». Le bureau de la CGT Collectivités Territoriales a souhaité à son tour s’exprimer.

 

     Qu’est-ce qu’on appelle  « absentéisme » ? « Les certificats de complaisance que notre maire docteur se permet de faire pour pouvoir permettre à un agent de se mettre en maladie en attendant la création de son poste conforme à sa demande, et la mise en place de la procédure administrative. »

 

     « A en croire l’article du maire concernant la frilosité des assurances pour la prise en charge des agents : Premièrement, est-ce que les agents sont « assurés » ? Deuxièmement, est-ce que le service compétent a fait une demande quelconque de remboursement auprès de la sécurité sociale en qui concerne une certaine catégorie d’agents ? Troisièmement, est-ce que la Chambre Régionale des Comptes dans son rapport a fait état des collègues de travail qui sont décédés suite à une longue maladie durant leur activité ? Enfin, quatrièmement, dans cet absentéisme, on nous parle des décharges syndicales, mais il faut savoir que les agents ne sont pas absents, mais sont déchargés partiellement auprès des syndicats, comme sont détachés d’autres agents auprès d’associations sportives ou autres. Rappelons aussi que le Centre de Gestion rembourse à la municipalité une quote-part de ces décharges syndicales. Afin de réduire les chiffres de l’absentéisme, il ne faut plus de décès, d’adoptions, de mariages et de congés de paternité ! »

 

    La masse salariale. « Ce n’est pas la hausse des salaires des agents qui grève chaque année le budget de la ville, la plus grosse augmentation a été faite en début de mandat aux élus, et revalorisée depuis. La municipalité n’a pas hésité à embaucher trois personnes présentes sur la liste du maire, dont une était élue, ensuite embauchée en tant que contractuelle à un salaire conséquent jusqu’à son départ en retraite à 65 ans, pour être à nouveau embauchée en tant qu’intermittent du spectacle avec un salaire de 2000 €uros pour 6 jours de travail sur deux mois. Est-ce que la Cour des Comptes a relevé ce fait marquant sur la retraitée la mieux payée de la ville ? A-t-on le même salaire à « Neuilly » ? Par contre, une certaine catégorie d’agents régulièrement perd du pouvoir d’achat, et contrairement aux propos du maire, il n’y a pas de prime de présentéisme à la municipalité. Malgré les transferts de compétences (SIVOM, Communauté de Communes), nous sommes toujours le même nombre d’agents : Cherchez l’erreur ! »

 

     « Nous souhaitons que le père noël de la municipalité diffuse dans chaque boite aux lettres aux contribuables saint-gaudinois le rapport complet de la Cour Régionale des Comptes. » 

 

                                                                                                 Le Bureau de la CGT

 

Communiqué de presse du Maire de Saint-Gaudens

Le 16/01/2007

La Ville de Saint-Gaudens vue sous un autre angle
La Ville de Saint-Gaudens vue sous un autre angle 

Communiqué de presse paru dans "Le Petit Journal" du jeudi 14 décembre 2006

 

Saint-Gaudens Communiqué de presse du Maire de Saint-Gaudens

 

POUR EN FINIR AVEC UNE POLEMIQUE

 

     Suite à la publication et à la diffusion en Conseil Municipal des conclusions des magistrats de la Chambre Régionale de la Cour des Comptes relatives à l’action municipale au cours de la période 1997-2003, une  polémique sur la gestion du personnel a été relancée. Philippe Perrot, le Maire de la Ville de Saint-Gaudens, tient à apporter les précisions suivantes :

 

     Les magistrats de la Chambre Régionale de la Cour des Comptes, instance impartiale s’il en est, ont en effet indiqué que l’embauche massive de personnel entre 1997 et 2001 avait spectaculairement aggravé une situation financière « déjà tendue » (voir tableau ci-dessous). Cette progression de 27,18% des effectifs sur la période 1997-2001 correspond à une augmentation annuelle de la masse salariale de 2,4 millions €, et, en conséquence, il s’agit d’une aggravation annuelle des charges de fonctionnement pour la commune de Saint-Gaudens de 2,4 millions d’€uros (environ 16 millions de francs).

 

     La politique de maîtrise budgétaire menée par l’équipe municipale actuelle a cependant porté ses fruits en permettant de dégager une capacité d’autofinancement s’élevant à 1,5 M€. Mais cette capacité aurait pu être de 4 M€ sans ces recrutements massifs. Très concrètement, cela aurait signifié un désendettement plus rapide de notre ville, et une politique d’investissement plus dynamique dont chaque saint-gaudinois aurait profité, y compris le personnel municipal.

 

     Car le deuxième problème soulevé par le rapport de la Chambre Régionale des Comptes concerne l’absentéisme. On a, en effet, pu constater une progression des absences pour maladie multipliée par 4 entre 1999 et 2003.

 

     Or, il faut savoir que, contrairement au privé, les absences pour maladie ne sont pas couvertes par la sécurité sociale, mais sont assumées directement par le contribuable saint-gaudinois en l’absence d’une assurance privé couvrant ce risque. Le coût d’une telle assurance, qui intègre le risque représenté par cet absentéisme élevé, conduirait inéluctablement l’équipe actuelle à augmenter les impôts locaux sous peine de se voir privée de sa seule marge de manœuvre d’autofinancement de 1,5 millions d’€uros. D’où les mesures prises dans l’immédiat par notre équipe afin de chercher à restreindre ces absentéismes.

 

     Aujourd’hui, à la lumière de ces chiffres, nous ne pouvons que nous interroger sur les choix politiques de l’ancienne municipalité, et, en particulier, sur ces recrutements très importants à la veille du passage à l’intercommunalité.